Epaule

Arthrose

Les causes de l'arthrose de l’épaule

L’arthrose de l’épaule est longtemps bien tolérée contrairement à celle des articulations portantes (sur lesquelles on marche). L’arthrose de l’épaule se manifeste le plus souvent par des douleurs de l’épaule, un enraidissement progressif (diminution des mobilités) et parfois des craquements à la mobilisation. Il peut s’y associer des blocages articulaires dus à des corps étrangers. Il existe deux types d’arthrose, les omarthroses centrées et les omarthroses excentrées.

Il faut distinguer les arthroses primitives (sans cause retrouvée) et les arthroses secondaires consécutives à une cause connue.

L’omarthrose survient parfois à la suite d’un traumatisme ou plutôt de micro traumatismes répétés ayant lésé les tendons qui recouvrent l’articulation de l’épaule (coiffe des rotateurs) et l’on parle d’omarthrose excentrée : la tête de l’humérus (os du bras) est ascensionnée et n’est donc plus centrée face à la cavité de l’omoplate (glène). Si l‘arthrose liée à l’usure de l’articulation est primitive, il s’agit d’une omarthrose centrée : l’articulation s’altère mais les tendons de l’épaule sont normaux, et la tête de l’humérus reste en face de la glène.

L’instabilité de l’épaule avec de multiples épisodes de subluxation ou luxation (déboîtement) peut également conduire à l’arthrose.

Le traitement de l’arthrose de l’épaule

Le traitement médicamenteux et physique (médicaments, infiltrations, rééducation, etc.) est assez semblable qu’il s’agisse d’une omarthrose, centrée ou excentrée.

Pour les arthroses centrées, malgré la bonne tolérance clinique il faut une surveillance rigoureuse de la qualité des tendons (coiffe des rotateurs) pour éviter d’avoir à traiter au stade de rupture tendineuse, ce qui donnerait de moins bons résultats.

Lorsque le traitement médical a perdu son efficacité et qu’une intervention chirurgicale devient nécessaire on peut avoir le choix entre plusieurs traitements.

Un débridement arthroscopique (sous caméra vidéo et minimes incisions) consistera à enlever les corps étrangers à traiter la lésion du biceps, et en une synovectomie (ablation de la membrane inflammatoire articulaire).

On peut également être amené à réaliser une prothèse d’épaule.

Les prothèses totales d’épaule sont devenue parfaitement fiables et leurs résultats superposables à ceux de la prothèse de hanche ou de genou, avec plus de 90% de bons résultats durables.

L’efficacité est très importante sur la douleur et sur la mobilité notamment dans les omarthroses centrées (coiffe intacte). Pour l’omarthrose excentrée (lésion des tendons de l’épaule),d’autres types de prothèses peuvent être utilisées comme la prothèse inversée dont les résultats sont excellents sur la douleur, avec une certaine amélioration de la mobilité, mais la durée de vie des implants reste plus limitée.

Il est donc préférable de traiter les arthroses centrées avant la survenue d’une rupture de coiffe (tendons de l’épaule). La prise en charge chirurgicale que ce soit pour une arthroscopie ou l’implantation d’une prothèse d’épaule, doit être confiée à un chirurgien expérimenté.