Genou

Ligaments du Genou

 

LES LIGAMENTS DU GENOU

 

Qu’appelle-t-on ligament du genou ?

 

Un ligament est un tissu fibreux et élastique tendu et inséré aux os formant une articulation, il est composé en grande majorité de collagène.

 

Le ligament du genou est une structure très solide permettant de relier des os formant une articulation entre eux. Contrairement aux tendons, le rôle d’un ligament n’est pas de relier un muscle à l’os, mais de stabiliser les articulations et empêcher les entorses du genou.

Les ligaments sont facteur de stabilité, ils sont présents pour résister dans la mesure du possible à des torsions importantes causées par la pratique d’un sport tel que le foot, le ski, le tennis qui sont des sports de pivot.

Des ligaments en bon état sont essentiels pour le fonctionnement des articulations, dès lors que ceux-ci sont détendus, voire rompus, à la suite d’une entorse, de vives douleurs et des instabilités se font ressentir et des conséquences néfastes peuvent survenir sur les structures articulaires. Les ligaments du genou sont présents pour maintenir en contact le fémur et le tibia réalisant l’articulation du genou. Parmi ceux-ci, on distingue les ligaments latéraux, qui prennent place en périphérie, il en existe deux : le ligament latéral interne et le ligament latéral externe et les ligaments croisés, qui prennent place au centre du et sont également au nombre de deux : le ligament croisé postérieur et le ligament croisé antérieur ou LCA.

 

LE LIGAMENT LATERAL INTERNE

 

Le ligament latéral interne ou LLI est l’un des plus épais ligament du genou, il est composé de nombreuses fibres parallèles responsables de la stabilité du genou.

 

Le traitement d’une entorse du ligament latéral interne

A la suite d’un accident qui provoque un étirement trop important au niveau des ligaments, le ligament latéral interne va se déchirer ou se rompre. La rupture du ligament latéral interne est très souvent associée à celle du ligament croisé antérieur. La plupart du temps l’entorse isolée du ligament latéral interne se traitement médicalement. Le traitement est parfois chirurgical si le ligament croisé antérieur est rompu en association.

On distingue donc deux types de rupture : les ruptures partielles et les ruptures complètes.

La rupture partielle : elle est souvent due à un accident de sport peu violent et va avoir pour effet d’étirer les fibres du ligament latéral interne, sans le rompre totalement.

Cette rupture partielle entraîne une légère laxité en flexion qui disparaît généralement en extension. Pour traiter ce type de rupture, l’intervention chirurgicale n’est pas indiquée et le traitement sera alors médical et fonctionnel : des anti-inflammatoire, port d’une genouillère ligamentaire pour une durée variant de 3 à 6 semaines.

La rupture complète : survient généralement lors d’un traumatisme plus violent avec entorse grave, le traitement peut alors être la réparation chirurgicale d’autant plus qu’il existe une rupture du ligament croisé antérieur associé. Il est donc important de prendre l’avis d’un chirurgien spécialiste du genou.

 

LE LIGAMENT LATERAL EXTERNE

 

Le ligament latéral externe ou « LLE » empêche le varus forcé du genou.

 

Sa rupture peut être isolée ou associée à celle de l’un des ligaments croisés, qu’il s’agisse du ligament croisé antérieur ou postérieur. Sa rupture seule est plus rare rare.

 

Le traitement

 

L’atteinte du ligament latéral externe se traite plus souvent par une intervention chirurgicale de réparation par suture réinsertion ou de reconstruction par ligamentoplastie.

 

LES LIGAMENTS CROISES ANTERIEUR ET POSTERIEUR

 

Le ligament croisé antérieur

 

Le ligament croisé antérieur est l’un des ligaments les plus solides du genou. Il est relie le fémur au tibia et se situe au centre du genou c’est pourquoi il forme ce que l’on appelle pivot central du genou. Il a un rôle essentiel dans le mouvement de rotation du genou car il permet de maintenir le tibia et le fémur stable lorsque le genou effectue une torsion. Sa rupture résulte d’une entorse de gravité importante. Cette rupture est souvent due à la pratique de sports dits « à pivot » tels que le foot, le volley, le handball, le ski, le tennis, le rugby.

Les signes qui permettent de suspecter la rupture du ligament croisé antérieur sont : un craquement, douleur aigue, un déboîtement et un gonflement immédiat du genou.

Néanmoins, ces signes ne surviennent pas tous dans chaque cas de rupture du ligament croisé antérieur. C’est pourquoi il est impératif de consulter un spécialiste du genou très rapidement après avoir été victime d’une entorse au niveau du genou.

Il existe deux possibilités de traitements pour soigner une rupture du ligament croisé antérieur.

Le traitement médical qui consiste en une rééducation qui a pour but de maintenir une certaine stabilité du genou. L’avantage de ce traitement est qu’il n’est pas invasif et qu’il ne coupe pas de l’alternative du traitement chirurgical.

Les inconvénients de ce traitement est l’absence de réparation du ligament croisé antérieur, qu’il empêche la reprise de certains sports et enfin, qu’il est relativement contraignant.

Le traitement chirurgical consiste en la reconstruction du ligament croisé antérieur par ligamentoplastie.

L’avantage est que le ligament croisé antérieur est réparé, qu’elle permet d’envisager la reprise de tous les sports et qu’il s’agit d’un traitement définitif avec de grosses chances de succès.

Les inconvénients résident principalement dans les risques opératoires et post opératoires et l’échec du traitement, auquel cas il existe souvent une alternative par reprise chirurgicale.

 

 

 

Le ligament croisé postérieur

 

Le ligament croisé postérieur se situe en arrière et au milieu du genou, dans l’échancrure intercondylienne du fémur et juste en arrière du ligament croisé antérieur qu’il croise.  Le ligament croisé postérieur est un ligament extrêmement puissant et résistant et se compose de deux faisceaux l’un antérieur et l’autre postérieur. Le ligament croisé postérieur a un rôle de stabilisateur, il permet d’empêcher le mouvement vers l’arrière du tibia par rapport au fémur, mouvement qu’on appelle « tiroir postérieur ».

La rupture du ligament croisé postérieur est rare, du fait de sa forte solidité. Cette rupture résulte habituellement d’un choc très violent au niveau de la jambe, ce choc peut être dû à un accident sportif, mais plus généralement à un accident de la voie de publique : accident de voiture « dit du tableau de bord » ou de moto. Sa rupture peut être associée à d’autres lésions ligamentaires ou des fractures.

Les symptômes d’une rupture du ligament croisé postérieur sont des douleurs et un gonflement au niveau du genou, ainsi qu’une mobilité réduite, moins importante que dans le cas d’une rupture du ligament croisé antérieur. Le signe clinique d’examen typique est le tiroir postérieur ou le tibia se décale vers l’arrière du genou.

La rupture du ligament croisé postérieur entraine rarement une instabilité, le risque principal est celui de souffrir d’un syndrome rotulien et d’évolution vers une arthrose rotulienne.

 

Le traitement

 

Comme pour une rupture du ligament croisé antérieur, la rupture du ligament croisé postérieur pourra se traiter médicalement ou chirurgicalement.

Le traitement médical consiste en une recherche de récupération musculaire en visant principalement les quadriceps cette récupération s’effectuera par le biais d’une rééducation précoce avec une attention particulière à la rééducation de la rotule.

Le traitement chirurgical est plus rarement préconisé. Il sera recommandé dans le cas où le patient souffrirait d’une instabilité trop importante, d’une détérioration de la fonction.

Article rédigé par le Dr David Cattan Chirurgien spécialiste du Genou (Paris). Copyright, tous droits réservés. Toute reproduction est interdite sans autorisation de l’auteur.