Traitement de la douleur

Les traitements

TRAITEMENT DE LA DOULEUR

En matière de lutte contre la douleur osseuse, articulaire et musculotendineuse, il existe une multitude de traitements efficaces qu’ils soient médicaux, fonctionnels ou bien chirurgicaux. La stratégie thérapeutique sera définie par le spécialiste après examen clinique du patient en consultation et analyse des examens complémentaires pour être adaptée à chaque cas. Le traitement proposé sera d’autant plus efficace qu’un diagnostic précis des lésions aura été fait. A chaque fois que le spécialiste le jugera possible l’association de traitements les plus simples et les moins agressifs sera proposée pour augmenter par paliers progressifs en fonction de l’efficacité obtenue.

 

LES TRAITEMENTS MEDICAUX ANTI DOULEURS

LES MEDICAMENTS ANTI DOULEURS

Les médicaments anti douleurs seront au mieux utilisés en association avec d’autres thérapeutiques médicales pour lutter efficacement contre la douleur. Il existe différentes classes médicamenteuses qui agissent sur les différents paramètres de la douleur.

 

LES ANTIDOULEURS OU ANTALGIQUES

Selon les recommandations de l’OMS (organisation mondiale de la santé) les antidouleurs ou antalgiques ou analgésiques sont classés en trois paliers d’efficacité croissante. Lorsqu’un antalgique cesse d’être efficace on passe au palier supérieur.

Les antalgiques de palier 1 dits périphériques car il agissent localement sont représentés par le paracétamol, l’aspirine et les anti inflammatoires non stéroïdiens faiblement dosés

Les antalgiques de palier 2 dits mixtes (périphériques et centraux) sont représentés par le paracétamol + codéine, le paracétamol + dextropropoxyphène, le tramadol.

Les antalgiques de palier 3 dits centraux car ils agissent sur le système nerveux central sont représentés par les opiacés ou morphine.

 

LES ANTI INFLAMMATOIRES NON STEROIDIENS (AINS) ANTIDOULEURS

Les anti inflammatoires sont efficaces sur la composante inflammatoire de la douleur, ils ont des effets secondaires gastriques et rénaux qui en limite l’emploi de longue durée.

 

LES CORTICOIDES ANTIDOULEURS

Les corticoïdes sont représentés par la cortisone qui est rarement utilisée par voie générale dans l’arthrose mais plus souvent en infiltration ou injectable.

 

LES ANTI ARTHROSIQUES A ACTION LENTE

Ces traitements appelés « chondroprotecteurs » car ils protègent le cartilage selon certaines études et sont spécifiques de l’arthrose. Leur effet est obtenu après 6 à 8 semaines de traitement et sont habituellement bien tolérés, ils peuvent donc être pris de façon prolongée plusieurs mois ou années. Ils ont pour objectif la diminution des douleurs et la diminution de consommation des antalgiques et anti inflammatoires. Les deux molécules représentant cette classe de médicaments sont la chondroïtine et la glucosamine.

 

LES DECONTRACTURANTS MUSCULAIRES

Cette classe médicamenteuse peut être utilisée lorsque les douleurs d’arthrose sont associées à des douleurs ou contractures musculaires comme dans l’arthrose du rachis lombaire par exemple.

 

LES ANTIOXYDANTS

Les antioxydants accélèrent la destruction des radicaux libres libérés lors de l’inflammation qui attaquent directement le cartilage. Les oligoéléments, cuivre zinc sélénium, vitamine E, C et A sont apportés dans l’alimentation avec un bon équilibre de fruits et légumes. 

 

LES OMEGA 3

Les omega3 sont des acides gras indispensables à notre organisme et ont un rôle sur la prévention des inflammations comme dans l’arthrose par exemple. Ils sont apportés par certains poissons et huiles alimentaires.

 

LES TRAITEMENTS LOCAUX ANTIDOULEURS

LES CREMES ET POMMADES ANTIDOULEURS

Il existe de nombreuses pommades ou gel anti inflammatoire à appliquer en local 1 ou 2 fois par jour pour quelques jours ou quelques semaines. Elles ont un rôle anti douleur dans l’arthrose.

 

LE FROID (CRYOTHERAPIE, GLACE)

L’application de froid est largement recommandée dans les douleurs articulaires en affichant un rôle anesthésiant sur la douleur et anti inflammatoire et entrainant un dégonflement des épanchements de synovie.

 

LA MESOTHERAPIE

La mésothérapie consiste à injecter sous la peau à l’aide de petites aiguilles, des produits destinés à une action locale, les injections sont sous cutanées peu profondes et multiples et au pourtour de l’articulation. Les produits employés peuvent être des anti inflammatoires, des décontracturants, des vitamines, des oligo éléments et des plantes.

 

L’ACUPUNCTURE ANTIDOULEURS

Technique chinoise ancestrale consistant à piquer des aiguilles sur des points précis du corps appelés méridiens. Cette technique peut être utilisée dans les douleurs d’arthrose.

 

LES INFILTRATIONS ANTIDOULEURS

Les infiltrations sont un traitement local très utilisé dans l’arthrose. Elles nécessitent de réaliser une piqure en profondeur dans l’articulation en utilisant habituellement 2 produits concomitamment ou en alternance que sont la cortisone pour un effet antidouleur et l’acide hyaluronique qui agit en traitement de fond.

 

LES CORTICOIDES ANTIDOULEURS

Les corticoïdes ou cortisone sont utilisés dans l’arthrose lors des poussées douloureuses aigues inflammatoires en infiltrations intra articulaires (genou, epaule, hanche, pied, main etc.). Ils sont plus rarement utilisés per os (voie orale) en traitement long dans les douleurs arthrosiques chroniques du fait de leurs effets secondaires en utilisation prolongée. Seuls des médecins expérimentés comme par exemple les chirurgiens ou rhumatologues  savent infiltrer correctement les articulations sans avoir recours à un contrôle radiologique. Les résultats des corticoïdes sont habituellement très efficaces sur la douleur d’arthrose aigue mais posent le problème de la durée de rémission des douleurs en l’absence de traitement de fond.

 

L’ACIDE HYALURONIQUE OU VISCO SUPPLEMENTATION

Le principe consiste à infiltrer dans l’articulation une substance élasto visqueuse composée d’acide hyaluronique qui est le principal constituant de la matrice articulaire du liquide synovial. En cas d’arthrose, le liquide synovial qui est le liquide nourricier et lubrifiant du cartilage est profondément remanié et perd ses qualités de lubrifiant. La supplémentation articulaire par l’acide hyaluronique va assurer la bonne viscosité et élasticité de la cavité articulaire permettant d’atténuer la dégradation cartilagineuse, l’inflammation de l’articulation et donc de réduire les douleurs.

 

LES ONDES DE RADIOFREQUENCE ANTIDOULEURS

La « Radiofréquence » correspond, en médecine, à une utilisation des ondes électromagnétiques à des fins thérapeutiques. Depuis plusieurs années, la radio fréquence associée à l’hyperthermie moléculaire est utilisée avec succès dans les douleurs arthrosiques comme moyen de physiothérapie antalgique. Les ondes sont délivrées, au cours d’une séance, par une sonde appliquée sur la zone douloureuse à traiter et générant une biostimulation dans les tissus générant sur le plan biologique des effets thermiques et athermiques dont la synergie permet :

  • une action antalgique par stimulation effective neurologique
  • une action anti inflammatoire par accélération des flux sanguins et hyper oxygénation
  • une action de biostimulation cellulaire avec effets cicatrisant, détoxiquant, anti œdémateux et trophiques.

Il s’agit de traitements qui effectués dans des conditions normales d’utilisation et en respectant les contre-indications et les précautions d’usage sont efficaces et sans danger pour le patient. Comme tout traitement thérapeutique, il se peut que dans certains cas rares, certaines personnes après traitements aient les effets suivants : rougeur temporaire, sensibilité temporaire de l’épiderme, sensation de chaleur dans la zone traitée disparaissant après ½ heure, légère douleur temporaire de la zone traitée. Ces effets sont habituellement sans conséquence.

 

LES TRAITEMENTS FONCTIONNELS ANTIDOULEURS

 

LA KINESITHERAPIE

La kinésithérapie fait partie intégrante de la lutte contre l’aggravation arthrosique. Elle permet de maintenir une bonne fonction articulaire sur le plan des mobilités et de la trophicité musculaire garant de la prévention de l’aggravation de l’arthrose. En Effet, si une articulation arthrosique est douloureuse, le patient va être contraint de moins l’utiliser et l’enraidissement associé à la fonte musculaire consécutifs vont aggraver la détérioration du cartilage. Le kinésithérapeute va alors lutter contre ce cercle vicieux.

 

L’OSTEOPATHIE

Elle peut avoir un rôle à jouer dans les douleurs arthrosiques par le biais de manipulations à éviter toutefois dans les accès de douleurs inflammatoires aigues.

 

LES SEMELLES ORTHOPEDIQUES

Elles ont un bon effet mécanique en reportant les axes de contraintes du poids du patient des zones douloureuses vers les zones non douloureuses. Permettant de soulager les douleurs.

 

LE THERMALISME

Il existe des cures thermales spécialisées dans la prise en charge des patients souffrant d’arthrose.

 

LA NUTRITION

Certaines règles nutritionnelles peuvent être appliquées pour prévenir l’aggravation arthrosique.

 

L’ACTIVITE PHYSIQUE ET SPORTIVE

Elle est indispensable à une bonne préservation des capacités articulaires et à la prévention arthrosique en opposition à la sédentarité pourvu qu’elle soit adaptée aux capacités de chacun car une activité sportive ou physique inadaptée fait courir un risque d’aggravation de l’arthrose, alors que bien pratiquée elle est bénéfique. Il est fortement conseillé de poser toutes les questions à son spécialiste lorsqu’on souhaite faire du sport afin de préserver ses articulations

 

LA SANTE PSYCHIQUE

Un esprit sain dans un corps sain. Le stress, l’anxiété, les désordres psychologiques sont des facteurs aggravants des douleurs arthrosiques par les déséquilibres qu’ils générent. Il faut savoir les déceler et les prendre en charge en tant que facteurs aggravants.

 

LES TRAITEMENTS CHIRURGICAUX

La chirurgie est un grand chapitre dans la prise en charge des patients arthrosiques. Pour schématiser, les interventions chirurgicales sont à réserver aux cas d’échec d’un traitement médical bien conduit ou lorsque celui ci est jugé par le spécialiste a priori inefficace par rapport à l’état d’avancement anatomique et symptomatique de la maladie arthrosique.

Les traitements chirurgicaux sont d’excellents traitements contre les symptômes de l’arthrose dès lors que leur indication est bien posée.  Habituellement leurs résultats entrainent des effets bénéfiques durables et significatifs sur les patients. Il ne faut donc pas les considérer comme des pis aller de la dernière chance mais bel et bien comme des traitements nobles ayant une part prépondérante dans l’arsenal thérapeutique de l’arthrose. Il est important lorsqu’on souffre d’arthrose de prendre l’avis d’un chirurgien spécialiste qui saura préciser au patient  si son handicap est du ressort du traitement médical ou bien de la chirurgie.

Pour en savoir plus sur les traitements chirurgicaux.

Article rédigé par le Docteur David Cattan (Paris)